Nuit Blanche

La compagnie Union Tanguera a créé en 2009 son troisième spectacle. Chaque création est un temps de réflexion, de questionnement et d'introspection du tango de la part des artistes qui voyagent alors entre tradition et modernité et qui cherchent à libérer tout ce que le tango transporte avec lui à travers le monde et à travers le temps. A côté de la maison de la danse, et très humblement, Tango de Soie a été fière de co-produire cette troisième création, moment de vivacité exemplaire du tango contemporain.

Synopsis :

Un cabaret en sous-sol de la ville, vers 1h du matin, et un spectacle de tango qui se termine. Un artiste entre depuis la rue, ayant lui-même terminé sa performance, sa soirée, ailleurs. Avec lui, petit à petit, un autre public de la nuit arrive et remplace la partie du public qui s'étiole après le spectacle. Dans ce lieu de scène, une sorte de "vide passager" se crée alors et les artistes redeviennent humains, se mélangeant à ce public en mutation.

Au cours des heures de la nuit qui s'étire, les moments s'enchaînent, ne se ressemblent pas. Et aux petites heures du matin, les masques tombent totalement, tout peut s'exprimer et personne ne juge ou n'est jugé. Que cherchent toutes ces personnes de la nuit ? Et qui sont-ils, tous, si différents, dans ce même lieu ? Différents, se rencontrant pour la première fois peut-être, et en même temps partageant ce quelque chose de commun qui les fait se reconnaître...

C'est dans cet univers de la nuit que le spectacle "Nuit Blanche" nous entraînera en Mars 2010 à la maison de la danse. Pour sa 3ème création, la compagnie Union Tanguera a exploré ce qui, dans le tango argentin et la danse contemporaine, laisse apparaître des instants de vérité entre deux êtres, des moments de révélation limpide d'une réelle relation entre eux. Et sur une musique originale, les rencontres, les états d'âme et les changements de la nuit ont ainsi été dansés, exprimés visuellement, dans un tango vivant et créatif..

L'aperçu de la pièce, enregistré à la Maison de la Danse le 3 avril 2010 :

 

© Guillermo Monteleone

Haut de page